Histoire d'objetEn verre

Avec cet objet luminescent, Yves Braun partage avec nous sa fascination pour la lumière. Après avoir travaillé le verre durant 25 ans, c’est grâce au développement des technologies d’éclairage que l’artiste a pu concrétiser son attirance pour la fluorescence en 2016.

Sans titre, objet luminescent, hauteur 54 cm, 2018

En effet, les travaux sur la lumière sont pour lui une source d’inspiration, car le verre est le médium idéal pour interpréter la lumière. En recherche permanente, Yves Braun adopte une approche résolument expérimentale pour faire éclore ses idées et donner naissance à des “objets émotionnels”. Une expérience en amenant une autre, ses pièces se construisent par tâtonnements. Pour sa gamme de verres fluorescents, l’artiste a créé ses propres “recettes verrières”.

Pour cette pièce, il utilise ensuite la technique du sand casting qui consiste à mettre en forme des moules en sable de fonderie et y faire couler le verre en fusion (semblable à du caramel chaud). Il retire alors le sable pour récupérer les trois blocs de verre qui composeront l’objet et les fait refroidir 24 heures dans une arche à recuire. Ce four de recuisson, dont la température diminue progressivement, permet d’éviter que le verre n’éclate en refroidissant. Le lendemain, il scie, polit et assemble les trois blocs qui auront chacun leur propre couleur d’émission une fois déposés sur un socle lumineux composé de LEDs. La dimension magique des volumes luminescents de cette oeuvre nous fait alors oublier le travail scientifique de haute précision qu’elle a nécessité.

Le verre en fusion est coulé dans un moule
Le verre en fusion est coulé dans un moule
Yves Braun dans son atelier surveille la coulée du verre
Yves Braun dans son atelier surveille la coulée du verre
Donec amet, ipsum massa commodo Curabitur fringilla eget Nullam ante. mattis